Je m'identifie

Je m'abonne

N°165

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Maison Louis Latour

24/09/2019
Ancrée dans la « Grande Bourgogne »

Latour est un nom incontournable, un patronyme figurant sur le podium des grands noms du négoce bourguignon. Un ensemble qui marche sur deux jambes : un beau domaine viticole et un négoce actif. Une politique qui lui permet de faire partie du cercle restreint des entreprises restées familiales après plus de 200 ans d’existence.
 

Fort d’un domaine d’une cinquantaine d’hectares, propriétaire du Château Corton Grancey, et acteur majeur du négoce régional, Louis Latour produit 130 appellations, incarnant toute la diversité bourguignonne. Chambertin, Romanée-Saint-Vivant, Corton-Charlemagne, Corton, Chevalier-Montrachet… beaucoup des porte-drapeaux de la région figurent à la carte. Mais aussi toute une gamme de vins plus accessibles.

Les premières acquisitions de vignes par la maison datent de la vente des Biens Nationaux à la Révolution. Elles se sont accélérées lors de la crise du phylloxéra, permettant à la famille de valoriser et d’accéder à de très grands terroirs. Louis Latour, 3e du nom (1835-1902), acquiert notamment le château et la cuverie Corton Grancey. Pas moins de 15 hectares de Corton Grand Cru s’ajoutent au domaine initial. Il décide aussi de planter du Chardonnay, en remplacement de l’Aligoté et de Gamay atteints par la maladie, sur ces coteaux pentus et calcaires. Ce sera l’une des pierres fondatrices du Corton-Charlemagne dont la maison est l’un des deux principaux producteurs (11 hectares). Suivront les acquisitions des vignes du Chambertin et de la Romanée-Saint-Vivant (1898) en Côte de Nuits. En Côte de Beaune, le fleuron se nomme Chevalier-Montrachet, acquis en 1913.

Paolo Basso et Bruno Pépin, directeur commercial.

Sous l’impulsion de Louis, père de Louis-Fabrice, actuel dirigeant, la maison a connu un développement spectaculaire s’appuyant sur son nom et sur un style. Son solide ancrage ne l’a pas empêchée d’innover avec une implantation en Ardèche ou dans le Var. Louis-Fabrice, aux commandes depuis 1999, poursuit et amplifie le développement hors du cœur historique de la Bourgogne en se tournant vers le Beaujolais au sud et vers l’Yonne au nord… La « Grande Bourgogne » com-
me on dit localement.

Louis Latour a lancé, avec le millésime 2015, sa cuvée « Pierres Dorées ». Un vin issu d’un vignoble planté en Pinot Noir dans les secteurs calcaires du sud du Beaujolais. Un projet ambitieux dans lequel Louis-Fabrice s’est plus particulièrement impliqué : « C’est mon Oregon à moi ! », explique-t-il avec humour, faisant référence à certains de ses collègues bourguignons qui ont tenté l’aventure du Pinot Noir outre-atlantique.

L’une des caractéristiques de la famille Latour est d’avoir, au fil des décennies, fait preuve d’une clairvoyante capacité d’adaptation de génération en génération. Elle a ainsi assuré son développement, en s’appuyant tantôt sur son prestigieux domaine, tantôt sur son savoir-faire de négociant.

La vigne et le négoce, les deux jambes d’un même ensemble. « La marque et le style maison forment l’ADN de la société. Par contre, pour être un bon acheteur, un bon vinificateur, il faut avoir un domaine. On comprend ainsi le millésime, les terroirs. Le négoce pur sans ancrage viticole, c’est à mon avis un tort, » conclut Louis-Fabrice Latour.

Laurent Gotti

 

 

Ce qu’en pense Paolo Basso

Louis Latour, Corton Charlemagne 2016
Jaune doré foncé. Le nez s’ouvre avec une belle oxygénation sur des notes toastées, d’épices douces, de citron et de vanille. Une touche de melon blanc et de fleurs blanches. Une bouche dense et expressive avec une touche minérale très séduisante, une belle matière dense et crémeuse, une structure riche tout en ayant un style velouté. Une finale très persistante et intense avec un caractère distingué et aristocratique. Un grand vin.
 

Louis Latour, Corton Clos du Roi Grand Cru 2016
Robe dense rubis foncé aux reflets grenat. Belle note fruitée aromatique sur des notes de griottes, une touche de poivre blanc, de laurier, d’épices fines. Riche et assez musclé à l’attaque, il se développe sur une belle structure et affiche un milieu de bouche droit et assez savoureux. Tanins polis et finale persistante et de belle intensité. Un vin distingué et de caractère qui affinera ses notes d’élégance avec l’âge.

 

www.louislatour.com