Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Champagne Ulysse Collin

La passion du parcellaire

Olivier Collin, vigneron du Domaine Ulysse Collin, est grand. Grand par la taille, un bon mètre quatre-vingt-dix ! Grand par son talent de vigneron et sa connaissance intime de l’alchimie des sols et des cépages. Grand par sa générosité d’homme qui s’exprime dans le large sourire qu’il arbore en toutes circonstances. Un sourire de grand enfant heureux.
 

Yann et Frédéric (SI), T. Hamon, A. Rosengren, H. Pignio, O. Collin, E. Beaumard, M. d'Hainaut et G. Olivier

Il a accueilli Arvid Rosengren, Meilleur Sommelier du Monde 2016, dans sa propriété de Congy avec deux cuvées « Les Enfers » et « Les Roises », en millésime 2010. Ces vins sont issus de deux parcelles plantées en Chardonnay mais ayant l’une 40 ans, les Enfers, et l’autre 65 ans, Les Roises. « J’ai eu un peu peur pour ces vins,  nous dit-il, car ces deux parcelles sont très proche l’une de l’autre, les cépages sont les mêmes, les vinifications aussi et ont un dosage identique de 1,7 gr, et j’ai donc eu peur qu’elles ne se différencient pas… Mais au final elles ont bien chacune leur personnalité. »

Arvid Rosengren trouve les Enfers 2010 « jeune et ample », avec « de la richesse et de la densité, ». « Il lui faut encore du temps pour s’affirmer et s’ouvrir, dit-il, mais ce vin fait preuve d’une forte personnalité… Quant aux Roises 2010, c’est un grand vin, qui est bien plus qu’un Champagne, et évoque plutôt un grand Meursault avec des bulles. Le nez présente des tons fumés et citronnés, qui s’ouvrent ensuite pour offrir au palais des notes de fruits de vergers, de noix, et d’épices. »

Olivier Collin nous invite ensuite à découvrir par nous-mêmes ces deux parcelles, situées de l’autre côté de la route. Il faut le voir arpenter son vignoble avec amour et gourmandise. Il nous parle du sol, rouge du côté des Enfers (d’où le nom de la parcelle) et blanc du côté des Roises, avec de la poussière de craie qui affleure. Il nous parle du sous-sol de silex et s’en va à la recherche d’un échantillon qu’il ramasse et brise aussitôt pour révéler son intérieur noir d’onyx. « La Champagne est bénie, dit-il, et cela nous oblige à en prendre soin. Je passe l’essentiel de mon temps ici dans mes vignes, bien plus de temps qu’au chai… J’ai tendance à laisser les vins se faire tout seul ».

Olivier Collin ne travaille ni en agriculture biologique, ni en biodynamie. Il travaille à sa façon. Pareille à nulle autre. Le calendrier biodynamique est trop contraignant pour sa nature intuitive et spontanée. Alors il fait sans. « J’ai appliqué une préparation de silicium à ma vigne, mais je l’ai fait au feeling, le calendrier était trop difficile à comprendre pour moi. »

Il présente ses Champagnes avec la malice d’un enfant surpris d’avoir réussi un tour de magie. « Aujourd’hui nous produisons 47 000 bouteilles de cinq cuvées mono parcellaires, nous avons commencé avec “les Perrières”, puis “Maillons” en Blanc de Noirs, ensuite “Les Enfers”,  enfin “Les Roises”, et un rosé de saignée issu de la parcelle des Maillons. Nous avons un nouveau parcellaire en cours mais je préfère ne pas en parler », dit-il dans un éclat de rire.

« Je veux faire des Champagnes capables de vieillir dix ou quinze ans. Je recherche de la pureté et de la percussion… Celui-là je ne l’ai pas beaucoup aidé, il s’est fait tout seul… », dit-il au sujet de la cuvée « Les Perrières 2008 ». Arvid Rosengren est impressionné. « Ce vin possède une infinie complexité et un grand caractère. C’est encore un grand vin, »  confie-t-il.

Plus tard dans la soirée, à l’occasion d’un dîner au Château d’Etoges en compagnie d’Eric Beaumard, Olivier Collin ouvre son Rosé de Saignée 2012. « Il faut laisser la mousse se dissiper et donner au vin le temps de calmer son exubérance, ensuite c’est un vin à déguster comme on le ferait pour un élégant Pinot Noir », estime Arvid Rosengren qui sort comme transformé de sa rencontre avec Olivier Collin.

« J’avais rencontré Olivier Collin il y a cinq ans et depuis j’ai eu ici et là l’occasion de goûter les champagnes Ulysse Collin, qui sont philosophiquement parlant des Champagnes étonnants et intrigants. Mais cette rencontre m’a ouvert les yeux. Aujourd’hui, les vins sont fantastiques et Olivier est un personnage charismatique et passionnant. Cette dégustation a été un des plus hauts points de ma visite en France, » conclut-il.

Gérald Olivier

 

21, rue des Vignerons – 51270 Congy - Tel. +33 (0)9 79 05 00 69