Je m'identifie

Je m'abonne

N°164

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Les vins de Pennsylvanie

28/05/2019

« Bienvenue sur les terres que le temps a oubliées, » dit Sarah Troxell-Rhodes alors que j’arrivais aux Vignobles Galen Glen, délicieusement ventés, avec un panorama à 360°. Son compagnon de vie et de travail Galen Troxell et elle, récemment rejoints par leur fille Erin, sont depuis peu reconnus internationalement pour leur Riesling et Grüner Veltliner – des cépages adaptés au climat continental et les sols schisteux de la vallée du Lehigh en Pennsylvanie, remarquable car 15 à 20 % de la production de Pennsylvanie provient de raisins cultivés dans cette Région Viticole Américaine (AVA) « bien qu’elle lutte pour se trouver une identité, sachant qu’il n’y a pas si longtemps elle était une région de simples vins blancs doux ». Galen Glen parvient à modérer l'humidité relative pendant le cycle végétatif et la pression de la moisissure qui en découle en permettant le passage du vent et l'élimination des feuilles à un stade précoce de sorte que les vins botrytisés ici sont rares. L’exploitation des Troxell, dans la famille depuis 1830, avec maintenant 20 acres de vignes, connaît donc un développement extrêmement lent. Alors que Galen travaillait comme ingénieur mécanique en Allemagne, Sarah a exploré les villages viticoles de Baden, nourrissant un intérêt mutuel pour le vin, accompagnée de son mentor Volker Schneider de Geisenheim. Une fois de retour aux États-Unis, ils ont expérimenté pendant une dizaine d'années la culture d'hybrides, puis de vinifera. En 2003, ils ont établi la deuxième plantation de Grüner Veltliner aux États-Unis. « Il nous a fallu attendre jusqu'en 2012 pour réussir, tant il est sensible aux protéines instables », s'est exclamé Galen. En plus de nombreuses délicieuses bouteilles minérales de Riesling et de GV, tranquilles et secs, Galen Glen fait également un bon Gewürztraminer, du Riesling demi-sec et un Grüner Veltliner Brut Naturel effervescent.


Gino Razzi, his daughter Carley, Penns Woods Winery.

Le personnage le plus influent dans le développement des vins de Pennsylvanie à un niveau international est Gino Razzi dont l’influence dépasse les limites de son vignoble de Penns Woods et sert une poignée de confrères vignerons. « Mon objectif premier est l’équilibre. J’aime que mon pH soit un peu bas pour obtenir une boisson complète, croquante et rafraîchissante », une vitalité que l’on retrouve dans l’ensemble des vins de Penns Woods. L’importateur de vins italiens – son pays natal – a commencé à produire en 2002 à partir de cépages bordelais rouges. « Les vins étaient plutôt bons » et il décidé de créer un vin d’assemblage qu’il appela Ameritage, restructurant plus tard le vignoble au sol limoneux installé à une altitude de 370 pieds dans la Brandywine  Valley avec du Chardonnay planté sur la partie pierreuse accompagné de Sauvignon Blanc, Muscat Canelli, Viognier, et des cépages rouges de Bordeaux. Travaillant pour des consultants italiens et argentins, sa fille Caly quitta la vente de vins en 2010 pour venir gérer les opérations sur le domaine. Rapidement ils achetèrent 22 acres à une altitude de 1000 pieds où ils plantèrent du Pinot Noir et plus de cépages rouges de Bordeaux. « Je n'ai trouvé aucune variété difficile à planter ni à transformer en bon vin, mais la viticulture doit s'améliorer avant que l'État ne trouve sa meilleure orientation. Il n’y a pas encore assez de tradition et personne n’a pris suffisamment de notes ; nous progressons maintenant les yeux bandés à travers un champ de mines », se dit-il. « Nous changeons constamment, cherchant à nous améliorer.” Alors que le Viognier, le Chardonnay et les réerves de Merlot et Cabernet Franc sont tous bien élaborés avec une expression variétale claire même comparés avec ceux provenant de régions américaines plus connues, sa première cuvée basique de Pinot Noir, reconnue comme sophistiquée, 2016 est parmi les meilleures que j’aie dégustées sur la Côte Est, recevant les félicitations d’un winemaker californien fort connu avec qui j’ai partagé une bouteille – un remarquable effort.

Stony Run Winery, Larry Shrawder.

Parmi les exploitations viticoles de Keystone State axées sur l'amélioration de la qualité, nous trouvons Stony Run où Larry Shrawder a été coaché par Razzi. « Le Grüner Veltliner adore la Pennsylvanie » s’exclame-t-il. Lary Shawder a planté ses vignes de 1992 à 2013. « Nous cherchons à déterminer ce qui convient à la typicité et à la qualité du vin fini », a-t-il déclaré. Les premières cuvées 2016 de Stony Run comptaient un Sauvignon Blanc exubérant aux arômes d'orties et de pamplemousse rose, de corps moyen et de bonne longueur ; et un Cabernet Franc un nez et une bouche généreux de framboise avec une vigueur moyenne et un potentiel de garde modéré.


Jan Waltz
Sixième génération dans le conté de Lancaster, le vigneron Jan Waltz est passé de la culture du tabac à la viticulture en 1997. Il cultive du Merlot et du Cabernet Sauvignon, plantés sur 34 acres avec du Sauvignon Blanc, du Sémillon, du Muscat Canelli, du Chardonnay et du Cabernet Franc. Le vigneron autodidacte diplômé de chimie a d’abord regardé ce que les autres faisaient avec leurs raisins avant de se lancer lui-même avec le millésime 2008. « Cela nous a pris une décennie pour apprendre et peaufiner le métier, comment nous présenter au-delà des standards des cépages hybrides et américains. » S’affranchissant de la prédilection des consommateurs pour des vins doux simples, il a finalement suivi le conseil de Razzi de persévérer et de « ne pas se conformer à la masse, mais de s'en tenir à la production d'un vin de qualité ». Le Merlot est le point fort de Jan Waltz dont le 2013 et le 2014 ont reposé 20 mois sous bois, sentant la cerise noire mûre et la mélasse, avec une structure moyenne équilibrée, des tanins fermes et une bonne longueur.

Médecin en biopharmaceutique, Brad Galer a changé de carrière quand un vignoble de 15 acres au sol de schiste et de limon bien drainé s’est libéré près de chez lui. Lucie Morton, consultante américaine réputée, a recommandé des plantations à haute densité de Cabernet Franc, Petit Verdot, Albariño, Grüner Veltlineer et Vidal pour élaborer un effervescent sec, net, frais et léger. Le travail de Galen Glen avec le Grüner Veltliner a incité Brad Galer à en planter en 2015 aux côtés du Chardonnay sur une parcelle de 3,5 acres. « La région devrait être connue pour le Cabernet Franc, qui est notre incontournable rouge… mon véritable amour. » Son 2015 a passé 18 mois en barriques de chêne français neutre et a un nez fumé, herbacé, sur la cerise, des tanins soyeux et merveilleusement équilibrés et une finale longue et souple.


Galen Glen Winery, the Troxell family
Vox Vineti, ‘la voix du vignoble’ en latin, est le domaine d’Ed Lazzerini, né à la Nouvelle Orléans, et embarqué à 16 ans par ses parents francophiles pour un troisième voyage en Bourgogne alors que « j’avais choisi de devenir vigneron. Dès l’âge de 10 ans, j’ai goûté du vin, me rappelant l’odeur et le goût, je n’avais jamais rien goûté de pareil. C’est un rêve vieux de 30 ans que je concrétise ici à Andrews Bridge. » Plus petite exploitation de Pennsylvanie que j’aie pu visitée, produisant 300 caisses par an, son travail quotidien l’amène en dehors comme ingénieur software qui lui permet de se rendre au vignoble quand c’est nécessaire. « Le plus grand défi pour faire de bons vins rouges ici est de provoquer un stress hydrique suffisant », affirmant que la sensibilité hydrique du Cabernet Sauvignon pendant la véraison explique pourquoi il ne se comporte pas aussi bien que le Franc et le Merlot sur la côte est des Etats-Unis. Le Nebbiolo 2016 de Lazzerini cueilli fin septembre (ce qui m'a amené à soutenir que s'il avait été laissé plus longtemps, il aurait été bien meilleur) a subi une macération de 3 semaines puis a passé 15 mois en fûts de chêne français neutres – mûr, équilibré et pas agressif ; sa Polyphonie 2015, un assemblage de Cabernets Francs et de Sauvignon avec une touche de Petit Verdot, présente un nez complexe aux arômes profonds d'olive noire, de fumée, de cèdre et de réglisse; un corps moyen charmant, avec une grande concentration et un équilibre se terminant un peu plus court que je le voudrais mais avec une acidité dynamique.

Carl Helrich, Allegro wines.

Carl Helrich s’est porté acquéreur d’un vignoble et d’une cuverie de faible production et produit désormais plus de 200 000 bouteilles à partir de raisins de son propre vignoble completes de fruits achetés à d’autres sites de la Côte Est, tout en élaborant du vin pour d’autres exploitations. « Je suis un producteur de jus mais je ne pratique pas la sur-oxydation. Je me concentre sur le travail de la barrique pour les rouges et trois versions de Chardonnay ». Il est installé sur des sols à dominante argileuse à faible altitude dans le comté d’York avec un peu de quartz et de schist permettant un bon drainage quand l’argile n’est pas trop lourde. « Nous avons des sols chargés de potassium ce qui peut causer des déséquilibres dans les vins ; de nombreux vignobles de la Côte Est sont affectés car il peut en résulter des instabilités de couleurs et d’arômes », réfléchissant au fait que l’Europe a réglé ces problèmes au fil des siècles. Il m’a gratifié d’un 2007 et 2013 de son vin phare, Cadenza, un assemblage de variétés bordelaises en proportions variées. Le plus ancien ne montrait aucun signe d’évolution, mais un nez intrigant de pierre et de terre, avec des fruits rouges murs séchés au palais et une acidité vive – si délicieux que je n’ai pu le recraché !

David Furer