Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

4e Concours du Meilleur Sommelier de l’Île Maurice

05/12/2016
Jeff Luciano thomé enfin au sommet

Dans la douceur de l’hiver mauricien, Jeff Luciano Thomé a remporté le titre de Meilleur Sommelier de l’Île. Une finale qui avait pour cadre le site de l’Aventure du Sucre où l’on célèbre la culture de la canne et des produits qui sont issus de sa transformation.
 

Antoine Woerlé, Michel Hermet et David Biraud autour du lauréat.

Mais avant de soulever le lourd, très lourd même, trophée qui associe une grappe de raisin et le dodo, oiseau aujourd’hui disparu mais élevé au rang de symbole de Maurice, le futur vainqueur a dû franchir deux étapes. Car le concours du Meilleur Sommelier de l’Île Maurice est calqué sur celui organisé en France. Une première sélection a donc réuni 25 candidats, puis les six meilleurs ont eu quelques semaines pour préparer la demi-finale disputée le matin de la finale.

Une finale bien maîtrisée

Cette seconde phase disputée à l’école hôtelière Sir Gaëtan-Duval fut rythmée, dense et complexe ! A commencer par la correction d’une carte des vins erronée. Suivaient : l’ouverture et le carafage d’un magnum de Chablis (il ne fallait pas se tromper de millésime !) et simultanément la proposition d’une sélection de vins pour accompagner un menu d’anniversaire. Un travail d’accord mets-vin était proposé autour d’une sélection de trois vins doux naturels issus des vignes du Mas Amiel et d’un plat typique de la gastronomie mauricienne. Un exercice sur l’accord rhum-café était ensuite proposé avec nécessité pour les finalistes d’afficher leur bonne connaissance des rhums mauriciens tout autant que des différents cafés de la gamme Nespresso.

Enfin, sous le regard de Michel Hermet (président de l’Union de la Sommellerie Française) et d’Anthony Hamilton Russel (vigneron sud-africain), chaque sommelier devait servir un verre de vin en faisant preuve de maîtrise dans l’usage du Coravin tout en expliquant avantages voire inconvénients s’il y en a, de cet équipement. Une ultime question permettait aux trois candidats d’évoquer leur passion pour leur métier et la valeur qu’ils y accordent. Autant d’obstacles bien négociés par Jeff Luciano Thomé dont la maîtrise tant technique qu’émotionnelle a fait la différence.

Voyage à Saint-Emilion et en Roussillon

Jeff Luciano Thomé

Au moment de l’annonce du palmarès, Jeff Luciano Thomé était donc sacré devant Noël Jean Desvaux et De Lores Malin. Un titre qu’il avait déjà tenté de gagner aux trois éditions précédentes. Dans quelques mois, le vainqueur embarquera à bord d’un vol d’Air Mauritius à destination de la France, et tout particulièrement de la région bordelaise et du Roussillon. En effet, Nicolas Raffy, directeur et vinificateur de Mas Amiel, a remis à Jeff Luciano Thomé une invitation pour découvrir pendant quelques jours les vignes d’Olivier Decelle. Il séjournera à Saint-Emilion, au sein de Château Jean-Faure, puis à Maury, entre vignes et bonbonnes de Mas Amiel, deux domaines dont les vins occupent une place particulière dans les restaurants de l’Île Maurice et en particulier chez ceux du groupe Constance.
Mais avant ce voyage, le nouveau Meilleur Sommelier de l’Île Maurice pourra participer à la sélection du candidat mauricien pour le prochain grand concours européen. En mai 2017, celui-ci se rendra à Vienne, en Autriche, où se disputera le concours A.S.I. récemment renommé « du Meilleur Sommelier d’Europe – Afrique ». Un vrai défi !

Jean Bernard

 

L’ASIM, une association formatrice au savoir-faire français

Jérôme Faure

« Dès l’origine », explique Jérôme Faure, fondateur et président de l’Association des Sommeliers d’Île Maurice (ASIM) et chef sommelier du groupe Constance, « nous avons voulu que notre association contribue à la formation du personnel de salle qui exprimait une réelle sensibilité à l’égard du vin. » Depuis son premier concours en 2010, l’ASIM s’est toujours appuyée sur le savoir-faire de la sommellerie française. Tant dans l’organisation qu’au sein du jury.

Ainsi, cette année, outre Michel Hermet, invité d’honneur, l’UDSF était également représentée par Antoine Woerlé (sommelier formateur au lycée Alexandre-Dumas à Illkirch-Graffenstaden) et acteur essentiel dans l’organisation du concours mauricien depuis son origine. Présent lui aussi depuis 2010, David Biraud (chef sommelier du restaurant Sur mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris), médaillé d’argent du dernier concours du Meilleur Sommelier du monde. Tous deux sont intervenus auprès des candidats quelques jours avant le concours. David Biraud n’a pas manqué de « constater les progrès réalisés par les candidats, fruit de tout le travail de formation réalisé par cette jeune association nationale, et de la prise de conscience des directions d’hôtels de l’importance d’avoir des sommeliers dans leurs restaurants... »