Compétition  Fontevraud l’Abbaye

 

 

 

 

 

Sélection pour les phases finales

du Concours du Meilleur Sommelier de France


Huit candidats rêvent de succéder à Manuel Peyrondet

 

 

Les 16 et 17 janvier prochains, c’est en Val de Loire, à l’Abbaye Royale de Fontevraud, que les huit candidats retenus pour la demi-finale ont rendez-vous. Certains ont déjà remporté un concours, d’autres ont l’expérience d’une finale, et deux, enfin, se révèlent au plan national.
 
 
Les candidats et Serge Dubs

Pour la première fois depuis que l’Union de la Sommellerie Française a pris en mains les destinées du Concours du Meilleur Sommelier de France, c’est en un lieu unique que s’est déroulée la première grande sélection. Trente neuf candidats, sur les quarante trois initialement inscrits, avaient donc rendez-vous dans les salons de l’hôtel Baltimore, à Paris.

Beaucoup ont déjà tenté l’aventure des différents concours, mais, et Serge Dubs, président de l’UDSF, a tenu à le souligner : « nombreux étaient ceux qui se présentaient pour la première fois et avaient ainsi le courage de se remettre en question… » Cette découverte ne fut pas toujours simple.

 



Une sélection tournée vers l’international

En effet, le comité technique avait, une nouvelle fois, concocté des épreuves capables de révéler les postulants les mieux préparés, mais aussi mis la barre un peu plus haut que par le passé. Pour cela, la maîtrise de la langue anglaise a pris davantage d’importance. Non seulement fallait-il déguster et analyser deux vins rouges (Château Saint Martin de la Garrigue, Grès de Montpellier 2006 ; Trilogia dels Frares, Valencia 2006) mais encore devait-on assurer le commentaire de l’un des deux dans la langue de Shakespeare. Anglais encore, avec un article paru dans la presse américaine qui devait nourrir la réflexion des participants confrontés à quelques questions…
L’ouverture sur le monde ne se limitait pas à cela puisque, parmi les trois eaux-de-vie et spiritueux à identifier, se cachait entre une eau-de-vie de framboise et une Bénédictine, un Schochu, produit japonais mêlant riz, orge, patate douce et pomme de terre.
Ajoutons à cela deux questionnaires de 50 in­terrogations chacun, l’un illustré par un diaporama, l’autre beaucoup plus classique, et l’on comprendra que la matinée d’épreuve ne fut pas de tout repos.


Le comité technique

Une belle affiche

A l’issue de la correction, huit candidats se détachaient nettement. Ce sont eux qui seront du voyage sur les bords de la Loire pour la suite d’un concours qui promet beaucoup, compte tenu du niveau des candidats. On retrouve en effet deux Meilleurs Jeunes Sommeliers de France : Antoine Petrus, dernier lauréat du Trophée Ruinart et Jonathan Bauer-Monneret, premier du Trophée Duval-Leroy. Romain Iltis, lui, a décroché le Master of Port en 2008. Pierre Vila-Palleja s’est, pour sa part, imposé lors du Trophée Chapoutier. Pascaline Lepeltier et Benjamin Roffet étaient ,quant à eux, présents en 2008 à Perpignan lors des phases finales remportées par Manuel Peyrondet.
A l’Abbaye Royale de Fontevraud, deux seront un peu moins en terrain connu, Guillaume Fauvreau et Florent Martin. Mais fin septembre, à Paris, ils ont prouvé que ce manque de repères n’était pas un handicap. Et puis n’oublions pas de préciser que le premier a décroché la Coupe Georges Baptiste en 2009, dans les spécialités qui sont plus celles d’un maître d’hôtel, alors que le second a été sacré au Portugal, il y a cinq ans, au niveau européen de cette même compétition…

Jean Bernard

 

Dans la course au titre

Ils seront huit en demi-finale le dimanche 16 janvier. Le lendemain, pour la finale disputée en public, ils ne seront plus que quatre. Quelques heures plus tard, un seul de ces sommeliers aura le sourire :
Jonathan Bauer-Monneret (Constance Belle Mare Plage, Île Maurice),
Guillaume Favreau (La Côte Saint-Jacques, à Joigny),
Romain Iltis (La verte vallée, à Munster),
Pascaline Lepeltier (Rouge Tomate, à New York),
Florent Martin (Four seasons hôtel Georges V, à Paris),
Antoine Petrus (Le Crillon, à Paris),
Benjamin Roffet (Trianon Palace, à Versailles),
Pierre Vila Palleja (Le Crillon, à Paris).

 Les Candidats

 





Voir aussi ...

03/11
26e concours du Meilleur Sommelier de FranceAbbaye de Fontevraud

Benjamin Roffet gagne le titre en deux temps

Les épreuves organisées par l’Union de la Sommellerie Française, avec le soutien très marqué d’InterLoire, ont permis à ce professionnel de 29 ans de succéder à Manuel Peyrondet. Un coup de projecteur qui profite aussi au restaurant ‘Gordon Ramsay’ au Trianon Palace, à Versailles.
03/08
SommelierAlsace

Pascal Léonetti : "Une porte ouverte sur le monde"

Interview de Pascal Léonetti, Meilleur Sommelier de France 2006.
05/08
Concours ASIBulgarie

Isa Bal, Meilleur Sommelier d’Europe

Pour la première fois depuis la création du concours du Meilleur sommelier d’Europe, en 1988, le titre revient à un professionnel portant les couleurs de la Turquie : Isa Bal.
04/08
SalonVins de Loire

Angers, le plus beau salon du Monde

Angers, chaque année, devient pour un temps la capitale des vins de Loire.  C’est là que se tient le traditionnel Salon des Vins de Loire, salon le plus convivial de France et probablement le plus beau du genre dans le monde, du moins pour ce qui est du rapport qualité-prix-plaisir des vins offerts à la dégustation.

Message

Fermer le message