Je m'identifie

Je m'abonne

N°162

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Vignobles Brumont

18/12/2018
Le seigneur du Tannat

Il connaît le moindre caillou, a creusé des trous partout raconte-t-il amusé, a scruté, étudié, analysé le moindre centimètre carré de ses terres… Alain Brumont a vite compris que ce n’était pas au fond de la vallée que cela se passait mais là-haut, sur les coteaux, là où on trouve les galets roulés de l’ancien lit de l’Adour. On l’a pris pour un fou à ses débuts dans les années 80, aujourd’hui on le consulte dans le monde entier. Parti de 17 hectares, ses vignobles en couvrent aujourd’hui 240 en propre. Alain Brumont est devenu une référence internationale, le maître d’œuvre de la renaissance du Tannat et de la montée en gamme du Madiran.
 

Alain Brumont et Nelson Chow sur la parcelle de La Tyre.

D’abord, il y a la vigne. La philosophie d’Alain Brumont lui est dictée par la nature même, elle dépasse la simple notion de biodynamie. Comme la vigne, il puise dans la terre les ressources dont il a besoin. Tout petit déjà il arpentait le vignoble et se nourrissait des odeurs, des paysages, construisant un lien intime avec la terre qu’il chérira toute sa vie. Traditionnellement dans cette région, les familles vivaient de la polyculture. Vignes, élevage, cultures se partageaient les terres. Reproduisant l’histoire, Alain Brumont a assuré dès ses débuts au domaine l’autosuffisance de son exploitation. Les vignobles Brumont, qui s’articulent essentiellement autour du Château Bouscassé, berceau historique, et Château Montus, son « grand cru », sont devenus en 30 ans un écosystème autonome, riche de biodiversité.

Alain Brumont pousse à l’extrême l’exigence d’un vin le plus naturel possible, qui exprime toutes les qualités du terroir par lui-même, en exploitant au mieux les qualités intrinsèques du raisin. Ses vignes sont protégées des vignobles voisins, et notamment de leur traitement, par des bois séparant les parcelles. Aucun intrant n’est utilisé sur la vigne, aucun insecticide n’est appliqué. L’eau utilisée est directement tirée d’une source. La flore est conservée entre les rangs pour favoriser au maximum la biodiversité et les échanges entre la vigne et son environnement. Les vignes dont les rangs sont orientés à 15 h sont effeuillées de telle sorte que la grappe bénéficie d’un temps d’ensoleillement identique en début et fin de journée, avec de l’ombre au plus chaud de la journée. En cours de croissance, les grappes sont comptées et calibrées, chaque pied aura son nombre de grappes. Aux vendanges, faites en petites cagettes, il y a jusqu’à trois tris (manuel, par vibration et optique). Et ce n’est qu’un résumé de tous les soins apportés par les équipes sous la houlette du directeur technique Fabrice Dubosc dans la recherche de qualité impulsée par Alain Brumont.

Extrait du savoir-faire Brumont.

Côté chais, le Tannat est un cépage qu’il faut savoir dompter. Puissant, il présente néanmoins une capacité de vieillissement extraordinaire. Alain Brumont a réussi à créer des vins exceptionnellement élégants à base de Tannat. Ce cépage a l’immense avantage de ne pas nécessiter de collage car il produit peu de dépôts. Pour parfaire et extraire tous les arômes de ses vins, les affiner, la totalité passe en barrique pour environ 12 mois pour les cuvées traditionnelles. Les 100 % Tannat sont élevés en barriques neuves pendant 24 mois, même plus 4 années pour la cuvée XL. Et pour aller plus loin, Alain Brumont utilise même des fûts de 600 litres et vient d’installer des grands foudres.

Toujours avide de faire découvrir le pouvoir du Madiran et son cépage emblématique, et très connecté avec les sommeliers du monde entier, Alain Brumont a reçu à Château Bouscassé le président des sommeliers de Hong Kong et de Chine, Nelson Chow. Il a réservé à l’expert chinois une sélection représentative des expressions de son terroir, en blanc comme en rouge, pour finir avec plusieurs millésimes de ses vins hauts de gamme Château Montus XL et Château Montus La Tyre, une parcelle d’exception sur le point le plus haut de Madiran.

Tradition gasconne de la bonne chair et de la convivialité oblige, on ne peut manquer de mentionner qu’Alain Brumont a ensuite régalé Nelson Chow à sa table avec des produits cultivés sur le domaine et cuisinés par le chef à demeure. Le point d’orgue en sera la découverte pour Nelson Chow, non d’un vin, mais de la confection traditionnelle de la croustade aux pruneaux !

Sylvia van der Velden

 

www.brumont.fr