Je m'identifie

Je m'abonne

N°167

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

le Blanc des Cabanes

14/02/2020
Exploration sous-marine

Il y a ceux qui mettent du Mozart dans le chai à barriques, ceux qui passent de la musique dans les vignes. Et il y a ceux qui bercent leurs vins au gré des ressacs. Franck Labeyrie est de ceux-là, convaincus de l’influence des marées, de la profondeur, de l’absence d’oxygène et de la luminosité infime sur l’élevage des vins.
 

Franck Labeyrie

Franck Labeyrie descend d’une longue lignée de viticulteurs. Il a grandi au Château du Coureau dans les Graves. C’est là qu’il fera ses premières armes avant de tenter l’expérience en solo au Château de Lugey. Franck Labeyrie est un battant, un rêveur, un explorateur tout à la fois. Il est de ceux qui se donnent les moyens de suivre leur instinct, leurs envies, leurs convictions.

Comme nombre de Bordelais, il passera ses étés sur le bassin d’Arcachon entre Dune du Pyla, Île aux oiseaux et parc à huîtres. Et en discutant avec un ami ostréiculteur au sujet du bienfait des eaux profondes sur l’élevage des huîtres, une idée lui vient. En viticulteur dans l’âme, bien informé, il se rappelle que certaines bouteilles retrouvées sous la mer gardent leurs qualités même 200 ans plus tard.

Il s’inspire alors de la technique d’immersion des huîtres. En 2008, les premières bouteilles sont déposées en eaux profondes. L’expérimentation est suivie de façon scientifique. Les vins obtenus sont comparés avec ceux ayant connus un élevage traditionnel en cuves. Les essais ont été bluffants. Les bouchons n’ont pas souffert, les bouteilles sont intactes mais se sont parées d’une robe marine faite de coquillages et d’algues. Le Blanc des Cabanes (comme les fameuses cabanes tchanquées) est né. En 2015, il sera suivi du Rouge des Cabanes.

Franck Labeyrie est le seule viticulteur à posséder une concession au milieu des ostréiculteurs. Chaque année, en janvier, 15 000 bouteilles sont immergées à 10 mètres de profondeur, dans des box fermés, calés sous des nasses d’huîtres. Le Blanc y reste 6 mois, le Rouge 12 mois.

« Ce n’est pas qu’une cuvée originale dans le concept, c’est aussi un goût spécifique », explique Franck Labeyrie. En l’absence d’oxygène, pas d’oxydation. Par contre, des échanges existent avec le milieu marin et on ressent lors de la dégustation des notes iodées et toastées pour le blanc et une harmonisation précoce pour le rouge.

Désormais spécialisé dans l’élevage des vins en milieu naturel, Franck Labeyrie continue d’explorer le champ des possibles et a lancé en 2018 le vin des neiges. Des vins élevés à 2 400 m d’altitude sous 5 m de neige. Une expérience dont les premiers résultats semblent concluants à la dégustation.

Sylvia van der Velden

 

A la dégustation

Le Blanc des Cabanes 2017, Graves
Cépages : Sauvignon, Sémillon

Nez très élégant, généreux, opulent sur des fleurs blanches (lys) et le beurre frais. Bouche ample, longue, vive et dynamique, la bouche révèle une superbe touche iodée, minérale et saline qui amène une finale de grande élégance et finesse. Assurément une belle découverte. Accords : un tartare de langouste aux perles noires de béluga.

 

Le Rouge des Cabanes 2016, Graves
Cépages : Merlot, Cabernet Sauvignon

Robe grenat, brillante. Nez très fin et élégant, racé, sur de superbes arômes de fruits rouges et noirs et une pointe iodée. Attaque très plaisante, gourmande sur une belle minéralité. On retrouve les mêmes arômes qu’au nez. Finale superbe sur la salinité. Accords : un carré d’agneau aux cèpes.

 

www.francklabeyrie.com