Je m'identifie

Je m'abonne

N°167

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Château Marquis d’Alesme

14/02/2020
Une pépite à Margaux

On ne peut pas passer à côté du Château Marquis d’Alesme sans l’apercevoir. Les façades classiques de ce 3e Grand Cru Classé 1855, avec arcades et pilastres, conformes aux meilleures traditions bordelaises, ainsi que la perspective surprenante menant vers la forêt du Château Margaux, réjouissent l’œil et suscitent la curiosité.
 

Vous passez la porte du Hameau, lieu d’accueil chaleureux et cosy, et vous entreprenez un voyage fascinant entre tradition et modernité. Fondé en 1585 par François d’Alesme, écuyer et conseiller du roi Henri III au parlement de Bordeaux, le domaine devient en 1810 la propriété de Jan Bekker Teerlink, célèbre et énergique négociant hollandais. C’est alors que le domaine obtient une reconnaissance mondiale.

Aujourd'hui, c’est la famille Perrodo qui continue à écrire la passionnante histoire de ce domaine. En 2006, le brillant homme d’affaire et fondateur du pétrolier Perenco Hubert Perrodo acquiert le château, mais malheureusement quelques mois plus tard il décède accidentellement. C’est donc sa fille Nathalie Perrodo, alors âgée de 27 ans, qui prend la relève et donne un nouveau souffle au domaine au nom de sa famille.

La mission de reconstitution du domaine est alors confiée à l’architecte bordelais Fabien Pedelaborde. Son projet de rénovation du Château Soutard a été récompensé par le prix du Best of Gold Wine Tourism Architecture and Landscape en 2012. Pendant cinq années consécutives, avec artisans d’art et compagnons, 23 entreprises au total, toutes locales, il transforme les lieux et en fait une passerelle entre l’orient et l’occident, soulignant ainsi la double culture franco-chinoise de la famille.

Le dragon veille à Marquis d’Alesme. Symbole de la sagesse et de la puissance impériale en Chine, cette créature mythique nous attend déjà à Hameau où ses représentations font parties du décor allégorique du caveau. Son véritable royaume se trouve, toutefois, au sein du cuvier. La balustrade au-dessus des cuves, composée de 22 000 écailles en laiton, toutes façonnées et rivetées une par une, représente ainsi sa queue. Protecteur de nature, cet animal mythique protège ici la récolte.
 

Rien n’est laissé au hasard et c’est sous la surveillance du maître de chai que se poursuit le développement de chaque lot de vin. D’autant plus que le nouveau bâtiment reprend la déclivité naturelle du terrain et permet désormais de travailler par le principe de gravité de la récolte à la mise en bouteille. L’installation de petites cuves de 80 hl en bois, en inox ou en béton permet la vinification parcellaire.

Tout est symbolique et fait référence à la versatile Dame Nature. Les murs sont ornés de bas-reliefs en béton matricé, représentant des montagnes, des vagues et des nuages et faisant rappel à la philosophie du Tao et ses cinq éléments. Une succession de Portes de Lune, invitant à admirer un spectacle dans des jardins chinois, met en scène ici un ballet de barriques. La quiétude permet un élevage parfait des millésimes pairs dans les barriques en chêne (100 % production française) durant environ 18 mois. La quête de la précision est permanente, l’assemblage final n’aura lieu qu’après l’élevage qui se fait à 60 % dans des barriques neuves et le reste dans celles d’un vin. Les deux millésimes ne se croisent jamais. Un autre chai à l’étage accueille les millésimes impairs.

 

www.marquisdalesme.wine