Je m'identifie

Je m'abonne

N°166

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Château La Haye

21/03/2018
Dentelle des Flandres

Un cèdre du Liban tutélaire et multi-centenaire auquel on n’échappe pas trône devant l’élégant Château La Haye, l’un des plus vieux de Saint-Estèphe. Il se murmure qu’Henri II y convia Diane de Poitiers, pour des rendez-vous galants. Les murs restent mutiques et nous n’en saurons pas plus. Seules les deux initiales entrelacées des amants semblent en attester.

L’histoire viticole est ancienne également puisque la constitution du vignoble remonte à 1557, date à laquelle Sire Janot Bernard seigneur du Fief de Leyssac acquiert la propriété et y plante les premiers pieds de vigne. En 1821, la famille obtient ses lettres de noblesse avec l’anoblissement de Louis Bernard qui devient alors Baron Bernard de Saint Affrique. Ses armoiries ornent encore la porte du château. En 2012, Chris Cardon rachète la propriété après avoir effectué ses premiers pas dans la région à l’occasion du Marathon du Médoc et charge Lloyd Lippens, son beau-fils d’en prendre les rênes. Il sera conseillé par l’expert Eric Boissenot.

Paolo Basso et Lloyd Lippens

Le Château La Haye s’étire sur 28 hectares de terres graveleuses et de graves argileuses. Les encépagements restent somme toute assez classiques avec 50% de merlot, 44% de cabernet sauvignon, 4% de petit verdot, 1% de cabernet franc et 1% de malbec. La vinification se fait en petites cuves qui permettent un travail parcellaire précis. Lloyd Lippens, charmant hôte appliqué et enthousiaste, apprécie de pouvoir s’appuyer sur une tonnellerie qui fournira du sur-mesure, préférant pour cela travailler avec Francis Miquel, implanté au sud de Bordeaux. Classé Cru Bourgeois, le jeune homme ne cache pas vouloir viser le classement en Cru Bourgeois Exceptionnel. L’homme revendique une approche environnementale raisonnée, souscrivant aux normes HVE3, et visant l’ISO 14001 en 2020.

La dégustation se tient sous des lambris et tableaux vieux de plusieurs siècles qui, il faut bien l’avouer, instillent un peu de solennité à la séance présidée par Paolo Basso, Meilleur Sommelier du Monde, venu au Château La Haye en février dernier. La facture du Château La Haye 2017 a, disons-le, quelque chose d’intensément délicat comme de la fine dentelle des Flandres chère à notre hôte. Old lace and modern wine, en somme.

Henry Clemens

 

 

Ce qu’en pense Paolo Basso

Château La Haye 2016, Saint-Estèphe, Cru Bourgeois
Beau nez aromatique sur un fruité mûr et des notes balsamiques et d’épices douces. Prunes, cerises mûres, sirop de cassis. Belle bouche savoureuse et sucreuse dès le début, évolution croissante, corps moyen bien bâti, acidité bien intégrée qui apporte de la fraîcheur, finale moyenne à longue. Un vin très intéressant avec un très beau rapport qualité-prix. Garde : 2022-2030.

Château Bellevue-Cardon 2015, Pauillac (autre propriété de la famille)
Nez intense sur des notes balsamiques, de fougères, de tabac et de cacao. Riche, puissant, volumineux et savoureux, un corps expressif, tanins riches mais intégrés, finale longue intense et savoureuse. Excellent et expressif avec une grande personnalité. Un grand vin.

 

 

www.chateaulahaye.com