Je m'identifie

Je m'abonne

N°160

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

LA CHINE EN CÔTES DE BORDEAUX

15/12/2017

Jeudi 22 juin 2017… Le salon Vinexpo vient de se terminer. C’est le jour choisi par James Yunjie Zhou, homme d’affaires chinois, pour rouvrir les portes du Château Renon et faire découvrir à ses invités l’une des plus belles propriétés des Côtes de Bordeaux. L’occasion pour nous d’évoquer ces vignobles chinois dans cette belle appellation bordelaise encore trop souvent méconnue.

Château Renon

Les Côtes de Bordeaux… 950 producteurs et 12 000 hectares de vigne sur les terroirs de Blaye, Cadillac, Castillon, Francs et Sainte-Foy. Son riche patrimoine historique qui s’étend de l’estuaire de la Gironde aux frontières de la Dordogne en passant par les bords de Garonne, de beaux terroirs en coteaux, un vignoble de qualité et des styles de vin très variés lui confèrent un pouvoir d’attraction indéniable. Les Chinois, grands amateurs de vins de Bordeaux et hommes d’affaires avertis, ne s’y sont pas trompés ! Si dès le début des années 2000, d’abord sensibles à la marque et aux noms emblématiques comme Lafit(t)e ou Latour, ils commencent à s’intéresser au vignoble bordelais, leur arrivée est vraiment significative depuis une dizaine d’années et notamment dans les Côtes de Bordeaux. Attirés par les belles demeures et les châteaux historiques, la beauté des paysages et les vins d’expression, les Chinois y sont en 2017 propriétaires de 30 domaines viticoles sur près de 500 hectares de vignes.

Des propriétaires investis

Pour Jean Medeville, président du Syndicat des Cadillac Côtes de Bordeaux, ces hommes et femmes de l’Empire du Milieu réalisent aujourd’hui de « vrais investissements » dans ces domaines tant pour la restauration du patrimoine et du vignoble que pour le développement de leurs marques de vin en Chine mais aussi sur d’autres marchés à l’export. Une vraie dynamique pour l’interprofession mais qu’il n’est pas toujours facile de s’approprier car encore faut-il les convaincre de la valeur de l’appellation Côtes de Bordeaux. « Bordeaux Supérieur » sur une étiquette parle au consommateur chinois alors que Cadillac ou Blaye Côtes de Bordeaux, pas évident !
James Zhou, propriétaire d’ORG Packaging (4 000 collaborateurs en Chine et dans le monde ; 40 millions de canettes de boissons fabriquées par jour) et du Château Renon depuis 2014, y a investi plusieurs dizaines de millions d’euros pour lui redonner ses lettres de noblesse tant au niveau architectural avec d’immenses travaux de rénovation par l’architecte Jean Pierre Errath que viticole. Une restauration menée par des Chinois jamais égalée à Bordeaux !

 

Jinshan Zhang, propriétaine du Château du Grand Mouëys.

Toutes les propriétés chinoises ne sont pas logées à la même enseigne. Un dénominateur cependant commun : remettre d’abord à niveau l’exploitation avec la restructuration du vignoble et la modernisation de l’outil de travail. Qu Naijie, grand collectionneur de vins et à la tête du groupe chinois Haichang, possède 5 propriétés dans les Côtes de Bordeaux sur 60 hectares de vignes. Ses premiers investissements dès son arrivée en 2011 ont porté sur le vignoble et sur le regroupement des structures d’exploitation désormais concentrées aux Châteaux Laurette et Branda.

Château de Birot

Au Château Lagarosse, Steve Loo, distributeur de vins en Chine, a choisi de replanter certaines parcelles de vigne – 6 hectares sur les 33 du domaine – et de réaménager le cuvier tout en gardant les cuves béton avant de s’attaquer à la remise en état du splendide château du 17ème, d’abord les façades puis les aménagements intérieurs.

Arthur Fournier, responsable d’exploitation du Château de Birot et fils des anciens propriétaires, ne peut que se réjouir de la reprise de cette entité familiale de 37 hectares par Miao Lin Chen, PDG du groupe hôtelier New Century Tourism Group. « Il nous a donné un nouvel élan dans le développement de la marque Château de Birot et de la propriété ».

Et si les propriétaires chinois ne sont pas souvent présents, les responsables techniques sont la plupart du temps restés en place. Dominique René, chef de culture au Château du Grand Mouëys repris en 2012 par Jinshan Zhang (groupe NingXia), est là depuis 35 ans secondé par son équipe dans le vignoble. Même constat au Château des Chapelains en Sainte-Foy Côtes de Bordeaux acheté en 2014 par un couple de Chinois dont madame, très attachée à la culture française, a choisi de vivre sur place et gère la propriété aux côtés des anciens.

Steve Loo, Château Lagarosse

Des vins de Bordeaux pour la Chine

Côté vins, force est de constater que la plupart des bouteilles sont d’abord destinées au marché chinois. 90 % des vins du Château du Grand Mouëys sont distribués en Chine, presque 100 % pour le Château Lagarosse. Ces exportations de vins de Bordeaux appartenant à l’Empire du Milieu participent au succès des Côtes de Bordeaux en Chine : Côtes et Bordeaux/Bordeaux Supérieurs enregistrent depuis 5 ans les meilleures performances à l’exportation des vins de Bordeaux dans ce pays avec +6 % entre 2012 et 2016 (en volume), alors que les autres groupes organiques sont orientés à la baisse ; soient 4 millions de bouteilles de Côtes de Bordeaux pour la seule année 2016*. Mais tous ces nouveaux propriétaires s’attachent à faire des vins français, avec un mot d’ordre à leurs responsables techniques : la qualité, pour un consommateur chinois de plus en plus connaisseur qui s’intéresse au produit et à la culture du vin. Si le marketing est confié à des chinois afin de faire les adaptations nécessaires à ce marché, sur les étiquettes par exemple, et « vendre l’histoire de ces châteaux », l’image doit rester 100 % française et les vins devenir des grands vins de Bordeaux.

« Ces châteaux [Renon et Lagarosse] sont de réels apporteurs d’activité pour Tabanac, commune de 1 125 habitants à 25 kms de Bordeaux. Des Tabanacais y travaillent et les nouveaux occupants ont une vraie volonté d’intégration dans la vie locale. Ils participent au développement du tourisme et au renouveau de notre village péri rural » – Jean-François Broustaut, maire de Tabanac

Donner les moyens à ces propriétés de produire les meilleurs vins possibles et mettre en valeur leur patrimoine historique, tels ont été les premiers objectifs de ces investisseurs chinois à leur arrivée. Ils savent maintenant qu’il leur faut travailler la notoriété de leurs produits et marques de vin et, pour ce faire, (re)déployer leurs ventes sur d’autres marchés à l’export et ouvrir les portes de leurs domaines. Ils ont commencé et vont aller très vite !

Valérie Massot-Germe

* Sources: CIVB

 

Château du Grand Mouëys, de la vigne à la baie de Goji

Jinshan Zhan, propriétaire de Grand Mouëys, est aussi le 1er producteur mondial de goji, une baie connue pour ses bienfaits anti-âge, dans la région chinoise du Ningxia. Il en fait un « vin » sec 100 % alcool de goji. Le goji est ramassé tôt le matin puis pressé, avant une fermentation à basse température et un élevage en fûts de chêne français. Ce Vin de Goji, à consommer plutôt en apéritif, va bientôt être exporté et distribué en France avec toute une gamme de produits à base de goji. Une équipe est à pied d’œuvre au milieu des vignes de Grand Mouëys !

 

 

Carnet d’adresses

Château RENON, 532 Moulin à Vent, 33550 Tabanac - Charline Xu
Tél : + 33 (0)6 14 94 00 31 - charline.xu@chateau-renon.fr
www.chateau-renon.fr

Château LAGAROSSE, 33550 Tabanac - Benoit de Guigné
Tél : + 33 (0)5 56 67 58 90 – lagarosse@gmail.com - www.lagarosse.fr

Château de BIROT, 33410 Cadillac - Arthur Fournier
Tél : + 33 (0)5 56 62 68 16 – arthur.fournier@chateau-birot.com - www.chateau-birot.com

Château du GRAND MOUËYS, 242 route de Créon, 33550 Capian
Laurence Ducos – Tel: + 33 (0)5 57 97 04 40 – export@grandmoueys.com
www.grandmoueys.com