Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Gaëtan Bouvier est le 29e Meilleur Sommelier de France

23/11/2016

Gaëtan Bouvier et son épouse

De la cinquantaine de prétendants au titre de Meilleur Sommelier de France présents à la première sélection du 29 février 2016, seuls les neuf plus performants étaient présents le dimanche 6 novembre à Toulouse pour la demi-finale. Et le lendemain, pour l'ultime étape du concours, ils n'étaient plus que quatre : Gaëtan Bouvier (La Villa Florentine à Lyon), Jean-Baptiste Klein (Le Chambard à Kaysersberg), Florent Martin (George V à Paris) et Pierre Vila Palleja (Le Petit Sommelier à Paris).

Devant plus de 300 spectateurs rassemblés dans la vaste salle de réunion des élus de l'Hôtel de Région, leur ordre de passage devant les différents jurys a été tiré au sort. Et quand Pierre Vila Palleja a débuté la finale, les trois autres attendaient leur tour à l'écart dans une salle.

Dans un tel concours, la finale ressemble d'ailleurs à une course d'obstacles qui a débuté avec l'identification de quatre vins rouges issus de cépages au caractère identitaire marqué : Pineau d'Aunis, Mondeuse de Savoie, Négrette de Fronton et un Petit Verdot issu du Château Castera (millésime 2004).

Un vrai casse-tête qui a donné le ton d'épreuves concentrées de manière très concrète sur les différents aspects du métier de sommelier.

Ensuite, après le passage de Gaëtan Bouvier, Florent Martin et enfin Jean-Baptiste Klein, quelques discours, dont celui de Carole Delga, ancienne ministre et actuelle président de la région Occitanie, ont permis au comité technique de comptabiliser les points obtenus par chacun. Enfin, Michel Hermet, président de l'UDSF pouvait mettre un terme au suspense et annoncer le succès de Gaëtan Bouvier qui est ainsi devenu le 29e Meilleur Sommelier de France.

Les 9 demi-finalistes

De la cuisine au monde du vin, un champion attachant

Un éternel sourire aux lèvres, Gaëtan Bouvier, tout juste 32 ans, est aussi fier qu'attaché à ses origines rurales. Mais plutôt que produire des fromages de chèvres fermiers comme son papa, dans l'exploitation familiale à Thodure, dans l'Isère, il a préféré partir à la découverte d'un tout autre univers, même s'il est tout aussi gourmand. Résultat, il a décroché un BTS cuisine à l'école hôtelière Lesdiguières de Grenoble. « Maman, professeur des écoles, croyait fermement au pouvoir de l'éducation ! »

Aujourd'hui, il ne peut pas regretter d'avoir été respectueux puisque cette expérience du travail aux fourneaux s'avère très utile dans son métier de sommelier, au moment de proposer un accord mets-vin aux clients du restaurant étoilé lyonnais où il s'exprime. Car finalement, c'est le monde du vin qui l'attirait. Et le voilà parti pour une année supplémentaire de formation afin de décrocher une mention complémentaire qui lui a ouvert les portes du Royal Evian Resort puis du Majestic Barrière à Cannes et enfin de La Villa Florentine dont il est le chef sommelier. En parallèle, il est également acheteur pour le groupe Arteloge.

Pour lui, 2015 a été une belle année. Sacré Sommelier de l'Année lors des Trophées de la gastronomie et des vins, il s'est également illustré en concours en se hissant en finale du Master of Port. Mais en 2016, il a fait beaucoup mieux en montant sur la plus haute marche du podium. « Ce titre de Meilleur Sommelier de France, j'en rêvais toutes les nuits ! »

Après le rêve, c'est une émotion sincère qui l'a envahi, rendant ce nouveau champion bien attachant.

Un autre sommelier lyonnais était heureux. Tristan Ringenbach (Cave Triovino) a décroché le premier titre d'Expert Madère, un concours qui concernait les neuf demi-finalistes. Pas de trophée pour lui mais une invitation à venir séjourner sur l'île portugaise afin d'en découvrir la réalité viticole.

Tristan Ringenbach recevant le prix d'Expert Madère