Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Dans l’Oregon du Sud Les vallées du Rogue et de l’Umpqua

29/06/2017

Alors que la vallée du Willamette est la région de l’Oregon qui produit le plus de vin, et alors qu’elle reçoit (à juste titre) les éloges du monde entier pour ses Pinots Noirs, on en oublierait que d’autres vins sont produits ailleurs dans l’état, et quels vins !
 

Marc Girardet of his eponymous winery

Dans les parties les plus au sud de cet état du nord-ouest se trouvent les vallées du Rogue – avec ses sous-appellations Illinois et Applegate – et de l’Umpqua, à plus basse altitude. Elles offrent un éventail plus large de cépages dont le Tempranillo de plus en plus apprécié. Les cultivateurs de fruits du verger se sont convertis en vignerons et ont appris graduellement quelle variété cultiver. La technique de la vinification a été apprise de façon empirique par la première génération, puis par la formation technique de la génération suivante, et par les gens de l’extérieur arrivant dans la région avec de nouvelles idées.

Autour d’une bouteille d’un savoureux Cabernet Franc 2006, Eric Weisinger admet que « professionnellement, le vin est tout ce que je sais. Alors je raconte notre histoire en créant une entreprise pérenne ». Descendant d’une famille d’éleveurs texans, son père a planté un demi-hectare de Gewürztraminer franc de pied, toujours en production de nos jours, qui fait figure de plus ancien vignoble de la vallée du Rogue, et qui est, à 2 400 pieds d’altitude, un des plus hauts. « Avec une fenêtre de tir de 72 heures pour cibler la maturité optimale, nous sommes extrêmement attentifs au planning de récolte. » Les blancs de la maison Weisinger – dont le Viognier et le Sauvignon blanc – sont extra secs avec une finale tendue. Très engagé sur le Tempranillo, Eric Weisinger a un nouveau projet sur son domaine ancestral.

Le vigneron Scott Steingraber, propriétaire de Kriselle Cellars, m’a montré les rives reculées de la rivière Rogue dont l’altitude de 1 300 pieds est habituellement la plus chaude de la vallée ce qui permet de meilleurs résultats sur les cépages à maturité tardive et éviteles gelées printanières. Il a planté trois hectares de Cabernets, de Merlot, de Malbec et de Tempranillo sur des sols caillouteux et limoneux, en complément des 16 hectares adjacents de Sangiovese, Albarino, Grenache, Sauvignon Blanc et Viognier. Un des vins les plus remarquables dégustés pendant ce voyage a été son 2013 Estate Tempranillo – très bon déjà, mais à qui une dizaine d’années de vieillissement lui fera le plus grand bien.


Rob Folin, Folin cellars

Grâce au développement du Tempranillo dans le sud de l’Oregon, Rob Folin n’a pas à prendre exemple sur la vallée de Willamette, préférant se différencier. « Je préfère prendre le risque, ce qui me permet toujours de savoir ce que je dois travailler. » Au célèbre Domaine Serene où il travaillait avant, le support technique illimité et la possibilité de choisir parmi de nombreux lots de Pinot Noir lui permettaient de concevoir des vins pouvant répondre aux demandes changeantes du marché. A son domaine Folin Cellars, le Tempranillo 2012 Réserve – vieilli 3 ans en chêne américain neuf – présentait la plus belle panoplie de fruits et d’arômes de terroir ; intéressant dès aujourd’hui mais sa structure lui permettra de vieillir quelques années.
 

Jack & Chad Day - Roxy Ann

Chad Day des vignobles RoxyAnn travaille différemment. L’ancien directeur des travaux de Seattle est retourné en 2012 sur l’exploitation familiale, un terroir à 1 400-1 500 pieds d’altitude au sol d’argile et de grès planté de Pinot Noir « car c’est une opportunité pour beaucoup de domaines de l’Oregon, même aussi loin vers le sud ». La force de RoxyAnn, ce sont ses blancs, les Chardonnays en particulier, bien que Chad Day fasse un très bon clairet vieilli en fût de chêne américain sur lequel il a pas mal bâti sa réputation. A l’instar du domaine Kriselle, il choisit d’assembler une majorité de Tempranillo avec une petite part de Cabernet Sauvignon.

220 km au nord de la vallée du Rogue se trouve sa région viticole jumelle, la vallée de l’Umpqua. Le climat local suit le cours de la rivière Umpqua et subit l’influence du Pacifique. « L’Umpqua traverse un tas de petites vallées par où entre l’air frais arrivant non seulement de l’océan mais également de la Chaîne des Cascades à l’est », explique Scott Kelley du domaine Paul O’Brien. « Il y a un vrai choix de Tempranillo et d’autres cépages chez de nombreux vignerons de talent. »
 

Earl Jones of Abacela at his experimental plot and Scott of Kriselle Cellars in the vineswinery

Amateur des vins d’Espagne, Earl Jones planta en 1993, à Abacela, trois clones de Tempranillo obtenus auprès de l’Université de Californie. Cultivant aujourd’hui 38 hectares de divers cépages espagnols, il a su démontrer que son climat ressemblait suffisamment à celui du Ribera del Duero pour être le meilleur terroir américain pour le Tempranillo. Son premier millésime, le 1997, a rencontré un succès immédiat et le 1998 surclassa 20 autres vins américains à la San Francisco Wine Competition. Plantant judicieusement de l’Albarino sur des coteaux exposés au nord, la passion d’Earl Jones pour les cépages espagnols s’étend jusqu’au Grenache et au Graciano. Son œnologue Andrew Wenzel a appris à presser le raisin plus tôt pour limiter l’extraction des tanins et préserver le fruité. « De nombreux Espagnols sont venus flairer par ici, y compris quelques apprentis, » commente Earl Jones mais son directeur des vignobles Chris Lake précise que « les Européens venus acheter des terres se sont arrêtés à la vallée du Willamette ».

Jim et Terri Delfino vivent sur leur domaine viticole de 10 hectares dont trois sont plantés depuis 2002 de Tempranillo issu de boutures d’Abacela. « Earl m’a encouragé à prendre des clones 1 et 2 et à nous détourner de la voie du Pinot Noir qui a fait le succès de l’Oregon », explique Jim. « On ne force pas mais on s’est rendu compte qu’on parlait plus du Tempranillo pour le vendre que de notre Cabernet Sauvignon et Müller-Thurgau. Le nombre de gens qui viennent spécialement pour le Tempranillo augmente. »

En 1971, les parents de Marc Girardet plantèrent plusieurs cépages francs de pied. De nombreux Chardonnay et Cabernet Sauvignon de cette époque sont encore en production. Ses 12 hectares ne sont pas irrigués, et pour éviter les pesticides, il comptes sur des poules fermières pour manger les insectes. Pendant une décennie, il a fait comme ses parents en ajoutant des levures, mais depuis 2016 il a décidé de ne plus en ajouter. Tous les blancs sont fermentés en grappes entières – « je n’aime pas les phénols ou l’amertume des blancs issus de macération pelliculaire » – alors que ses rouges vieillissent au minimum 18 mois en fût de chêne français de plusieurs vins. Il est fier de son premier Teroldego, inspiré d’une bouteille de Foradori qu’il a apprécié en 2009, alors que j’ai préféré son Tempranillo Bush Vine 2013 issu de marnes caillouteuses avec schiste sédimentaire en sous-sol.

Plus orienté vers les cépages hongrois, John Olson du domaine TeSóAria cultive 25 variétés sur des sols alluviaux argilo-sableux, travaillant rapidement les blancs pour maximiser le fruité alors qu’il prend plus son temps sur les rouges pour parfaire la concentration et le vieillissement. « Nous faisons de petits lots de Tempranillo et pas tous les ans, même si nous en avons actuellement en barriques. » Son Vermentino 2015 tranquille est mémorable ; il en fait également une cuvée effervescente.

Belle Fiore, Plaisance Ranch et Red Lily sont d’autres domaines du sud de l’Oregon qui produisent d’excellents Tempranillos.

David Furer