Je m'identifie

Je m'abonne

N°161

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Meilleur sommelier de France 2018

18/09/2018
cinq finalistes, c'est du jamais vu !

De gauche à droite Fabrice Sommier, Pascaline Lepeltier, Pierre Vila-Palleja, Florian Balzeau, Aymeric Pollenne, Isabelle Mabboux et Philippe Faure-Brac.

Sélectionnés le 10 septembre dernier à Paris, les cinq premiers de la demi-finale ont finalement été retenus pour la dernière étape du concours. Ils ont plusieurs semaines pour peaufiner leur préparation avant de se retrouver le 11 novembre à Paris.

Ce sera une grande première ! Le 11 novembre à Paris, dans le cadre du salon EquipHôtel, cinq candidats disputeront la finale du concours 2018 du Meilleur sommelier de France. Il s'agit de Pascaline Lepeltier (Racines à New York), Isabelle Mabboux (Impérial Palace à Annecy), Florian Balzeau (Le Gindreau à Saint-Médard), Aymeric Pollenne (Hide à Londres) et Pierre Vila-Palleja (Le petit sommelier à Paris).

Grande première donc car depuis dix ans, l'Union de la Sommellerie Française ne qualifiait que quatre sommeliers pour la finale. Mais l'excellent niveau général de la demi-finale et l'écart minime séparant les cinq premiers ont justifié la décision prise par Philippe Faure-Brac (Président de l'UDSF) et Fabrice Sommier (directeur du comité technique) de bousculer ainsi les habitudes.

Les dix candidats réunis quelques minutes avant le début des épreuves.

On peut noter également un autre élément inédit avec la présence de deux sommelières. Situation qui confirme la féminisation d'un métier qui bénéficiera d'une exceptionnelle vitrine au parc des expositions de la porte de Versailles dans deux mois.
Pour rappel, les finalistes ont décroché leur qualification au terme de la demi-finale organisée dans les locaux de l'académie Nespresso à Paris. Une étape qui réunissait les dix meilleurs candidats issus d'une première phase de sélection disputée à la fin du mois de mai dernier.

Epreuves classiques

L'enchaînement des épreuves a permis d'établir cette hiérarchie en jugeant les candidats dans tous les domaines de la profession. Un exercice de gestion donnait le tempo. Puis suivaient une questionnaire illustré par des diapositives sur la connaissance de l'univers du cocktail, la correction d'une carte des vins erronée, la dégustation d'un vin blanc et d'un vin rouge à rédiger en français et en anglais, un QCM en 50 points et enfin l'identification olfactive de dix spiritueux.

A peine le temps de souffler et trois derniers ateliers concluaient cette demi-journée. Un travail d'accord mets-vin avec un plat du Berry, le Truffiat, et un choix de trois vins (Montagny 1er cru les Chariots 2016, Chinon les Grézeaux 2015 et le côte roannaise Référence 2017 du domaine des Pothiers) puis le décantage et le service d'une demi-bouteille de vin rouge et en conclusion une approche faisant appel à la maturité et à la réflexion des candidats sur le thème de l'évolution de la relation entre le sommelier et le chef de cuisine.

Un contenu globalement assez classique qui a permis d'établir le classement et donc d'aboutir à cette sélection inédite.

Texte et photos Jean Bernard

 

Pierre Vila-Palleja est le seul des finalistes malheureux de 2016 à avoir validé son billet alors que Jean-Baptiste Klein et Florent Martin ont buté sur la dernière marche. Pascaline Lepeltier va disputer se quatrième finale avec 2008 à Perpignan, 2010 à Fontevraud et 2012 à Marseille.