Je m'identifie

Je m'abonne

N°156

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Concours A.S.I. du Meilleur sommelier d'Europe et d'Afrique

29/062017
Le Letton Raimonds Tomsons sacré à Vienne

En l'espace d'un an, le candidat de la Lettonie est passé de la 7e place lors du concours mondial argentin à la première européenne en Autriche. Une progression fulgurante pour un professionnel de talent qui a déjoué tous les pronostics.
 

Jon Arvid Rosengren vainqueur en 2013 à San Remo a félicité son successeur letton.

En avril 2016 à Mendoza, lorsque Shinya Tasaki, président de l'A.S.I., et Gérard Basset, directeur du comité technique, avaient donné la liste des candidats devant lesquels s'ouvraient les portes de la demi-finale du 15e Concours A.S.I. du Meilleur Sommelier du Monde, nous avions découvert beaucoup de nouveaux venus à ce niveau, majoritairement européens. A Vienne, début mai dernier, certains ont démontré que la notion de surprise ne pouvait plus s'appliquer à leur situation. A commencer par le Letton Raimonds Tomsons et le Polonais Piotr Petras, présents tous les deux en finale, d'abord, puis aux deux premières places du concours du 14e concours A.S.I. du Meilleur Sommelier d'Europe, ensuite.

Pour eux et comme pour l'ensemble des 37 sommeliers représentant 34 pays européens et 3 pays africains la compétition a débuté sous un ciel gris alors que les accompagnateurs des différentes délégations naviguaient sur le Danube et participaient aux dégustations de vins d'Autriche. Des épreuves très classiques avec l'analyse sensorielle de deux vins et l'identification de trois eaux-de-vie et spiritueux, puis un questionnaire très dense et sans pitié pour beaucoup, et enfin un atelier pratique bouclé en deux minutes constituaient la première étape de ce marathon qui devait durer trois jours. Le comité technique n'avait pas besoin de plus pour établir la hiérarchie.

Une finale à quatre

Ainsi, au terme de cette étape, ils n'étaient plus que douze encore en course : Christian Jacobsen (Danemark), David Biraud (France), Terry Kandylis (Grèce), Julie Dupouy (Irlande), Raimonds Tomsons (Lettonie), Piotr Pietras (Pologne), Jakub Pribyl (République Tchèque), Julia Scavo (Roumanie), Eric Zwiebel (Royaume-Uni), Aleksandr Rassadkin (Russie), Robert Andersson (Suède) et Fabio Masi (Suisse).

La phase suivante, uniquement composée d'ateliers pratiques (dégustation, accord mets-vins, service, gestion commerciale), éclaircissait totalement l'horizon. Elle conduisait aussi Gérard Basset, Meilleur Sommelier du Monde 2010, et son équipe à désigner quatre finalistes et non trois comme c'était le cas depuis plusieurs éditions. La preuve que les écarts entre les tout premiers étaient vraiment minimes. Raimonds Tomsons restait donc en lice en compagnie de Julia Scavo, David Biraud et Piotr Petras.

Cette finale viennoise, la première organisée en soirée au cours d'un dîner de gala, allait voir les candidats s'exprimer dans différents domaines. Ils débutaient par une atelier toujours spectaculaire, le service d'un magnum de champagne Moët & Chandon dans un nombre précis de verres. Ils passaient ensuite du service d'un saké d'apéritif au travail d'accord mets-vins sans oublier la décantation et le service d'un vin rouge, la dégustation d'un vin rouge, un exercice sur les spiritueux, l'identification de quatre vins blancs doux et même la correction d'une carte des vins internationale où se cachaient des erreurs.
 

Eric Allouche a salué les finalistes au nom du magazine SommelierS International, partenaire de l'A.S.I.

Le mondial belge pour objectif

A l'issue de tout cela et même d'un ultime quizz, le président de l'Association de la Sommellerie Internationale, le Japonais Shinya Tasaki (Meilleur Sommelier du Monde 1995) annonçait le succès de Raimonds Tomsons. Le vainqueur, 36 ans, chef-sommelier du restaurant Vincents à Riga, offre pour la première fois un titre international à l'Europe de l'Est. Sa victoire continentale fait déjà de lui le favori du prochain grand rendez-vous international. Il ouvre également la porte à la participation d'un deuxième candidat letton au concours A.S.I. du Meilleur Sommelier du Monde 2019 qui se déroulera à Anvers (Belgique).

Le Polonais Piotr Petras, qui est installé au Royaume-Uni, a emboîté le pas de son voisin balte en prenant la deuxième place alors que Julia Scavo et David Biraud se partageaient la troisième. La candidate roumaine, absente en Argentine pour cause de maternité, termine ainsi avec une médaille de bronze autour du cou, comme en 2013. Quant au chef sommelier du restaurant 'Sur mesure par Thierry Marx' au Mandarin Oriental Paris, il échoue pour la troisième fois en finale européenne. Et s'il n'a pas encore précisé s'il serait présent à la sélection du candidat français pour le mondial 2019 (le 18 septembre, à Paris), David Biraud rappelle qu'avant d'être sacrés, Gérard Basset et Paolo Basso ont connu le même sort et appris les vertus de la patience...

Jean Bernard
 

Raimonds Tomsons

Un streaming très suivi

Après le succès d'une première expérience à Mendoza, les organisateurs du concours viennois, l'Union des sommeliers autrichiens, ont mis à leur tour en place la diffusion en direct de la finale via internet. Des milliers de passionnés à travers le monde ont pu suivre les épreuves ainsi que les interviews qui ont précédé la compétition et animé également les temps morts entre le passage de chaque candidat. Le pli est pris désormais et pour les prochains concours continentaux, Asie-Océanie (au Japon) et Amériques (au Canada), la demande devrait être forte pour vivre à distance les derniers ateliers et le sacre du vainqueur.

 

Le Team France se met en place

A l'image de la Suède qui a structurée depuis longtemps une équipe nationale de sommeliers autour de Sören Polonius, la France a décidé d'agir de la même façon. Philippe Faure-Brac, président de l'UDSF, a confirmé cette information et annoncé que cette mission de préparer un 'Team France' avec les sommeliers ayant la volonté et le potentiel de ramener un titre dans l'hexagone, sera placée sous la responsabilité d'Olivier Poussier (Meilleur sommelier du monde 2000) et de Fabrice Sommier (MOF 2007 et directeur des concours au sein de l'UDSF).

Pour mémoire, rappelons que les deux premiers du concours viennois ont trouvé des partenaires de premier plan afin de les aider dans leur préparation. Andreas Larsson (Meilleur sommelier du monde 2007) a épaulé Raimonds Tomsons et Isa Bal (Meilleur sommelier d'Europe 2008) s'est occupé de Piotr Pietras.

 

L'île Maurice à l'honneur

En prenant la 24e place du concours, le sommelier mauricien Luciano Jeff Thomé s'est classé au premier rang des candidats représentant l'Afrique – au sens très large. Vainqueur en août dernier de son concours national, il a confirmé ainsi la qualité du travail de formation réalisé sur l'île grâce notamment à l'implication des Français qui travaillent sur place.