Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Philippe Faure-Brac est désormais vigneron !

02/08

Philippe-Faure-Brac

Philippe Faure-Brac nourrissait, depuis longtemps déjà, l’envie d’investir et de s’investir dans un domaine viticole. Mais le meilleur sommelier du monde 1992, propriétaire du Bistrot du Sommelier depuis plus de vingt ans, à Paris, ne voulait pas se lancer dans cette aventure n’importe comment. « Je voulais mettre à profit mon expérience et mon désir de partager ma passion du monde du vin, mais je voulais surtout m’appuyer sur une relation humaine forte », explique-t-il.

Tout est parti d’une rencontre avec Frédéric et Bernard Duseigneur, deux frères exploitant dans les Côtes-du-Rhône gardoises un vignoble créé par Jean, leur père. « La découverte de 30 hectares répartis en deux grandes parcelles, l’une sur l’AOC Lirac et la seconde sur celle de Côtes-du-Rhône villages Laudun m’a vite d’autant plus vite convaincu qu’il y avait une vraie philosophie et un grand respect pour la vigne. »

En fait, Jean Duseigneur, créateur de ce domaine au milieu des années soixante, a cru dans ce terroir au point de défricher la garrigue pour planter grenache, syrah et mourvèdre.

« Notre père a toujours pensé à l’avenir, soulignent les deux frères, en préservant l’essentiel, c’est-à-dire la terre. La conservation de l’intégrité des sols et de leur équilibre géologique et organique était une priorité pour lui qui a fait le choix, à l’époque courageux mais judicieux, de n’apporter aux vignes aucun désherbant, ni engrais ou toute autre substance chimique. Marchant sur ses traces, nous avons engagé le vignoble dans une conduite biologique dès 1997 et en 2004 nous l’avons converti totalement à la bio-dynamie. »

Vin complexe ou vin plaisir

Philippe Faure-Brac a donc choisi de rejoindre Bernard et Frédéric Duseigneur. Pas seulement pour apporter sa notoriété mais bien pour s’engager dans le développement d’une gamme de vins à l’image mais répondant aussi aux attentes d’une clientèle qu’il connaît bien. « J’interviens aux différents stades de la production. Je m’implique particulièrement dans les dégustations d’assemblage et je décide avec Frédéric de la hiérarchisation des cuvées et de la méthode d’élevage », avoue-t-il avec passion.

Philippe-Faure-Brac_vignes

Le millésime 2005 actuellement sur le marché se présente sous la forme de deux cuvées issues toutes deux d’une même parcelle située sur la commune de Saint-Victor-la-Coste, à flanc de colline, sur la face Nord, la plus exposée au vent.
« Le Côtes-du-Rhône villages Laudun a fait l’objet de toutes les attentions, explique encore le sommelier ont le nom figure sur l’étiquette, c’est un assemblage de grenache à 60% et de syrah pour le reste. Nous avons procédé à une sélection rigoureuse des meilleurs raisins, ce qui veut dire aussi que selon les conditions de récolte il ne sera peut-être pas produit tous les ans. Il présente une couleur rouge grenat profonde et lumineuse, nez complexe de fruits (mûre, cerise) et d’épices (poivre, clous de girofle), avec une empreinte minérale. La bouche, franche et ample trouve son équilibre dans la longueur de ses tanins. Servi à 17-18 degrés il trouvera un accord juste avec des viandes rouges, gibiers, rôtis d’agneau ou de bœuf, pastilla de pigeon… »

La seconde cuvée, un Côtes-du-Rhône villages, a bénéficié des mêmes soins attentifs mais propose notamment un assemblage différent. « C’est le vin plaisir par excellence ! Au 60% de grenache nous avons ajouté 20% de syrah et 20% de mourvèdre issus de vignes qui ont toutes 35 ans d’âge. La robe rouge grenat est engageante. Le nez traduit un fruité marqué par la mûre et les airelles, ainsi qu'une minéralité affirmée. La bouche est généreuse avec en finale des tanins équilibrés. Servi à peine plus frais que le premier, il accompagnera avec finesse terrine de viande et volaille, travers de porc grillé, daube de bœuf et d'agneau aux olives noires ou encore des filets de rouget et tapenade. »

Vinification et élevage

Côtes-du-Rhône villages :

Les cépages ont été vinifiés séparément avec des cuvaisons de 2 semaines.
Les remontages, pigeages, délestages et oxygénations ont été décidés en tenant compte de la libération progressive des tanins et également des dates les plus favorables du calendrier biodynamique.
Après les fermentations alcooliques, les vins ont été soutirés et logés dans des cuves en ciment creusées dans la roche. La stabilité électromagnétique de ce milieu favorise un départ naturel des fermentations malo-lactiques et une décantation douce et continue qui va se prolonger pendant l'hiver.
Il a été produit 20 000 bouteilles de ce vin.

Côtes-du-Rhône village Laudun 2005 :

Les cépages ont été vinifiés séparément avec des cuvaisons de 3 semaines.
Les remontages, pigeages, délestages et oxygénations ont été décidés en tenant compte de la libération progressive des tanins et également des dates les plus favorables du calendrier biodynamique.
Après les fermentations alcooliques, les vins ont été soutirés et logés dans des cuves en ciment creusées dans la roche. La stabilité électromagnétique de ce milieu favorise un départ naturel des fermentations malo-lactiques et une décantation douce et continue qui va se prolonger pendant l'hiver.
Les Syrah ont été élevées 6 mois en demi-muids de 600 litres afin d'obtenir des tanins plus soyeux. Les Grenache sont restés en cuves ciment en subissant le moins d'interventions possibles.
Il a été produit 20 000 bouteilles de ce vin.

Le prix public est de 22 € pour le Laudun et de 14,90 € pour le Villages. A noter enfin que le Domaine Duseigneur propose également un Lirac rosé 2006 au prix de 9,90 €.

 

www.domaine-duseigneur.com