Vigneron Bordeaux

 

Smith Haut Lafitte : en tout, l’équilibre…

 

Smith Haut Lafitte

 

Smith Haut Lafitte

Un grand cru classé de Graves, une renommée mondiale, un patrimoine historique exceptionnel allié à un dynamisme économique peu commun, un rôle pionnier dans l’œnotourisme de luxe, des activités dérivées (hôtellerie, restauration, cosmétique) au succès planétaire…
On ne présente plus Smith Haut Lafitte, célèbre fleuron de la région des Graves réputé tant pour ses vins que pour son célèbre concept de vinothérapie !

 

Depuis 18 ans qu’ils dirigent ce prestigieux domaine de Pessac-Léognan, Florence et Daniel Cathiard se consacrent à l’élevage de leurs grands vins avec le succès que l’on sait. Leur production d’exception porte haut le niveau de l’appellation, comme un hommage à ce riche passé historique qui remonte à Verrier Du Bosq en 1365. Il n’est qu’à pénétrer dans le majestueux chai souterrain ou dans la chartreuse

où ils demeurent, bâtie par le négociant écossais George Smith au 18e siècle, pour ressentir cet héritage solennel…

 

Votre époux et vous-même avez acquis la propriété en 1990. Décrivez-nous la « Rolls » des terroirs, comme on nomme ces graves günziennes quaternaires…

Florence Cathiard : La remise en état du domaine a nécessité d’importants investissements. Mais le vignoble possédait des coteaux extrêmement bien exposés (11 ha de blanc exposés en pente, 45 ha de rouge) et un vaste terroir. Dès l’origine, nous avons travaillé à apporter notre empreinte à ce terroir exceptionnel et à renforcer les défenses naturelles des sols. Nous avons opéré un retour aux méthodes culturales traditionnelles et mis l’accent sur les pratiques écologiques : suppression de tout herbicide en 1992; réintroduction des typhlodromes pour lutter contre les araignées rouges et diffusion de phéromones  de synthèse pour lutter contre Eudémis en 1996 ; fabrication de notre propre compost depuis 1997…

Depuis 2005, nous pratiquons la sélection massale à partir de nos plants de Sauvignon blanc, et nous utilisons depuis 2006 un nouvel antibotrytis biologique, le bacillus subtilis. Autant de mesures

qui confèrent à nos vignes un meilleur équilibre avec un végétal plus résistant.

Votre force médiatique vous a-t-elle aidés à hisser vos vins parmi les vins d’élite ?

F. C. : Pour nous, la bataille se gagne avant tout à la vigne. Ici, comme vous l’avez vu, nous appliquons

les préparats Steiner. La culture biodynamique est une technique très exigeante qui demande beaucoup de présence au vignoble et de finesse dans les observations. Par ailleurs, nous aimons faire partager notre passion de la vigne et du vin à des amateurs toujours plus nombreux. Ainsi, lors de la 56ème « Fête de la Fleur » le 21 juin 2007 en clôture de Vinexpo, notre château a accueilli près de 1600 personnalités. Cette soirée de gala se doublait de la célébration de l’anniversaire de l’appellation (Pessac-Léognan, créée en 1987, regroupe 69 châteaux dont 16 crus des Graves), dont le parrain était Patrick Poivre d’Arvor.

Dans la sphère occidentale, quelles sont les perspectives en termes de consommation pour les vins, notamment pour les grands crus ?

« Château Smith Haut Lafitte » se trouve bien-sûr en bonne place dans les restaurants gastronomiques étoilés. Notre second vin, « Les Hauts de Smith », est aussi très présent dans la grande restauration, en particulier dans les brasseries gastronomiques et les lieux à concept « branché ». La haute gastronomie offre des débouchés fantastiques aux grands vins. Des personnalités telles qu’Enrico Bernardo, meilleur sommelier du monde 2004, Alain Ducasse ou encore son sommelier Thomas Combescot au Saint Régis à New York ont mis le vin à l’honneur dans leur établissement. A Londres, le Wonder Bar du magasin Selfridges, à Oxford Street, a mis en place des machines « Enomatic », un système prometteur de self-service qui permet au client de commander de très grands vins au verre. Ce système sera prochainement repris par ma fille Alice et son époux Jérôme Tourbier dans le bar lounge de leur établissement qui va s’ouvrir à Ville d’Avray,

à proximité du château de Versailles. De telles innovations sont de nature à soutenir la consommation de grands vins.

Que pensez-vous de l’impact de la législation

sur la consommation d’alcool en France ?

Je suis membre du conseil de modération et de prévention de l’alcoolisme institué par

le décret du 14 février 2006. A ce titre, je participe aux débats en amont de la mise

en place des politiques publiques. Il est regrettable que le vin se trouve aujourd’hui pris dans la nasse globale des alcools posant problème. Associer ce symbole de civilisation aux problèmes d’alcoolisme de masse relève de la confusion.

 

Quels sont vos axes de développement pour 2008 ?

Depuis janvier 1994, nous sommes propriétaires de Château Cantelys, un cru bourgeois qui a fait son entrée sur la scène internationale en 1995. 2008 sera l’année de Cantelys, un Pessac Léognan qui produit de jolis vins à des prix abordables (autour de 10 € la bouteille). Plus généralement, nous allons nous consacrer à une viticulture encore plus organique.

Nos vins blancs possèdent une forte personnalité : aromatiques, puissants et nerveux,

ils résistent aux épices et se marient avec le curry, les sushis et même (peut-être !) avec le wasabi. Cela leur ouvre des débouchés sur l’Asie. Je rentre juste de Bombay et New-Delhi, nous nous tournons beaucoup vers le Japon, Hong-Kong, la Corée, la Chine, Jakarta… Le marché asiatique est très sensible aux bienfaits du vin en matière de santé (le fameux french paradox) et à l’harmonie mets-vins. Notre action se situera donc à tous les niveaux, depuis Martillac jusqu’au niveau international !

Smith Haut Lafitte

Le domaine

AOC : Grand cru classé de Graves Pessac-Léognan

Production : 10 000 caisses (rouge) - 3000 caisses (blanc)

Cépages Rouges : 55% de Cabernet sauvignon, 34% de Merlot,

                                     10% de Cabernet franc, 1% de Petit Verdot

Cépages Blancs : 90% de Sauvignon blanc, 5% de Sémillon, 5% de Sauvignon Gris
Âge moyen du vignoble : 38 ans
Âge des barriques Rouge : 80% barriques neuves (selon millésime)
Âge des barriques Blanc : 50% barriques neuves

 

Les vins (rouges et blancs)

• Smith Haut Lafitte
• Les Hauts de Smith

• Château Cantelys

 

 

Art et Vigne

 

 

 

A lire :

L’ouvrage de Florence Cathiard,
« Art et vigne »,
aux éditions de la Martinière-Aubanel,

147 p., 2002.

 

 

 

 

Château Smith Haut Lafitte
Grand cru classé de Graves
33650 Martillac
Tél. 05 57 83 11 22
Fax. 05 57 83 11 21

www.smith-haut-lafitte.com

www.sources-caudalie.com





Voir aussi ...

03/08
VigneronsBordeaux

Château Bellevue Gazin dynamise le tourisme blayais

Reprendre un domaine viticole en l’insérant dans un projet culturel et touristique, voilà la promesse que s’étaient faite les époux Lancereau. Promesse tenue! Depuis 2003, iIs réveillent avec brio le domaine du Château Bellevue Gazin, dans le Blayais.
06/08
VigneronsBordeaux

Pari Gagné pour Château Tourteau-Chollet

Les terroirs des Graves recèlent des potentialités immenses ! Cela n’a pas échappé à Maxime Bontoux lorsqu’il a eu l’opportunité en 2001 de reprendre ce domaine âgé de deux siècles et à porter un regard neuf sur un marché en pleine évolution.

Message

Fermer le message