Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

Les vins d’Alsace à l’honneur à Munster

06/08
Degustation Prestige

Dégustation Prestige Munster (Alsace)

Les vins d’Alsace à l’honneur à Munster

Hôtel Verte Vallée - 16 Juin 2008


Video Alsace

Voir la vidéo de la manifestions

Degutation Alsace

Serge Dubs

L’on sait l’expertise guidée par la passion que témoigne le Président de l’UDSF - et Meilleur Sommelier du Monde 1989 - M. Serge Dubs aux vins de sa région.C’est donc avec fierté que celui-ci a accepté de devenir le porte-parole des vins d’Alsace l’espace d’une journée. A l’occasion de la dégustation qu’organisait SommelierS international le lundi 16 juin à Munster, il présidait une assemblée visiblement ravie de déguster quelque 120 vins d’Alsace et eaux-de-vie soigneusement sélectionnés.Pas moins d’une trentaine de sommeliers relevant de l’Association de la Sommellerie d’Alsace (ASA), des représentants du CIVA et près de 70 viticulteurs alsaciens étaient accueillis, avec un professionnalisme typiquement rhénan, par M. Yvon Gautier, propriétaire de l’hôtel Verte Vallée, assisté du sommelier Romain Iltis, jeune talent déjà largement titré et finaliste au concours du Meilleur Sommelier de France.

Catherine Doré, Jean-Marie Stoeckel, Romain Iltis, Thierry Frietsch.

SommelierS international avait souhaité initier cette journée sous le signe de l’excellence, s’entourant des meilleurs professionnels pour apprécier et décrypter des vins qui ont confirmé leur envergure internationale. A l’issue du travail réalisé autour des six tables rondes, tous se félicitaient du niveau qualitatif des vins présentés, et surtout relevaient de nombreuses belles découvertes. De fait, les coups de cœur étaient nombreux.

Des vins de plaisir et de gastronomie

Un consensus s’imposait: malgré quelques belles surprises, le millésime 2006 se confirme comme difficile, tandis que les millésimes 2005 et 2007, plus conventionnels, donnent des Alsace frais et agréables à boire. Dans l’ensemble, les vins expriment toujours mieux la diversité incroyable des terroirs d’Alsace et la typicité de cépages révélant leur opulence par des bouquets d’arômes toujours opulents.

Catherine Doré, fine connaisseuse des vins d’Alsace, confiait à quel point elle appréciait cette exceptionnelle palette: «En fonction des millésimes, des sols, des vinifications, ces vins peuvent être aussi bien nerveux que ronds, jeunes ou vieux… Les déguster est toujours une découverte», précisait-elle.
Ses coups de cœur? Des Riesling bien-sûr, mais de plus en plus également le Pinot noir, qui grâce à l’évolution des méthodes de vinification, présente une finesse et élégance intéressantes. Des Crémants enfin, souvent équilibrés, rarement acides, avec des cépages remarquablement aromatiques, et qui ont fait ces dernières années une percée remarquable. Au final, «d’excellents vins blancs qui procurent facilement du plaisir à table; de grands vins de gastronomie», concluait Catherine Doré.

Face à un contexte économique difficile (fléchissement des exportations, stagnation du marché intérieur), Serge Dubs relativisait: «Les vins d’Alsace résistent bien. Ces dernières années, les professionnels leur ont accordé une reconnaissance de très haut niveau: l’Alsace s’est démarquée notamment avec ses deux mentions particulières, les vendanges tardives et les sélections de grains nobles, et on constate le succès du Crémant, qui existe depuis 1975, encouragé par la demande de Champagne. A l’export, les grands crus ont apporté un boom colossal, surtout dans les pays nordiques.»

Yvon Gautier, Yvelise Sciard, Paul Brunet, Clotilde Deleaz, Fabien Riboust.

Côtoyer l’exceptionnel


Au niveau local, auparavant, les vins blancs d’Alsace étaient surtout bus dans les winstub, au comptoir, en tant que vins légers, faciles et immédiats. Des qualités qu’aujourd’hui les consommateurs recherchent: ils apprécient ces vins purs, limpides, rafraîchissants et abordables en termes de prix. Ce type de vin révèle l’art et la manière de vinifier avec un fruité simple, expressif et sans complication. Tous les grands crus peuvent être accessibles, c’est un atout de taille.
Serge Dubs est un infatigable promoteur des vins de cette région; selon lui, l’Alsace gagnerait à être plus dynamique encore sur le marché international et se doit de capitaliser sur l’image joyeuse de ses vins, associée à leur haute qualité mais surtout à un art de vivre. «Grâce au niveau qualitatif qui est aujourd’hui beaucoup plus élevé qu’il y a une cinquantaine d’années, l’Alsace est très reconnue au Japon, aux Etats-Unis, dans les pays du Nord de l’Europe… Leurs consommateurs, qui viennent en nombre découvrir nos produits, désirent côtoyer l’exceptionnel, ce qui est flatteur pour notre région de production».
Un constat partagé par le sommelier Romain Iltis: «Hormis dans les pays nordiques, qui sont des consommateurs historiques, il reste à l’Alsace à mieux faire connaître ses vins à l’étranger. La tendance mondiale va vers les vins secs, il faut y tendre».

Claude Culos, Claire Beyrath, Jean-Victor Kalt, Maïté Hugel, Fabien Henriot.

Satisfaction générale


A l’arrivée, après ces considérations plus qu’encourageantes, l’ensemble des convives s’est retrouvé autour d’un buffet concocté par le chef de le l’hôtel-restaurant Verte Vallée, échangeant sur les plaisirs et découvertes réservés par cette journée. Ainsi, le sommelier Claude Culos se réjouissait d’accéder à des vins qui ne sont pas aisément accessibles en caves de restaurant, tel un Pinot gris 2005, tandis que Maïté Hugel relevait de belles surprises: «Ce type de dégustation a le mérite de faire émerger de nouvelles choses, de nouveaux arômes», confiait-elle.

Excepté quelques déceptions sur le millésime 2006, tous louaient le niveau qualitatif exceptionnel des vins présentés, depuis les opulents Riesling aux surprenants Pinot et Crémant en passant par les merveilleux Gewurztraminer, qui comptent toujours autant d’inconditionnels; sans omettre les sélections particulières que leur avaient réservé les viticulteurs: Klevener, Edelzwicker, eaux-de-vie fines… L’expression des terroirs est excellente, celle des cépages est source d’un étonnement permanent; l’ensemble a donné naissance à de très grands vins qu’il est urgent de découvrir (ou de redécouvrir)et à référencer d’urgence!


La suggestion d’accord mets-vin de Serge Dubs : Une mousseline sur un Riesling Grand cru Kaefferkopf 2005…

Philippe Rolli, Hervé Fleuriel, Chantal Bellinger, Massimo Cataldi, Jean-Marie Dirwimmer.

Un collège de dégustateurs prestigieux


L’Alsace est une grande productrice de sommeliers, c’est connu! Sur les traces de Serge Dubs, la région compte des professionnels tels que Pascal Léonetti, Hervé Schmitt, Hervé Fleuriel, Eric Zwiebel, Romain Iltis et tant d’autres! Le panel était donc mixé autour de différentes tables rondes avec quelques autres spécialistes: chargés de communication du CIVA, œnologues, auteurs-journalistes, agents commerciaux ou cuisiniers… Une politique de répartition qui a produit des commentaires riches et approfondis.

Antoine Woerle, Laurent Meistermann, Bertrand Welte, Frédéric Voné, Hervé Schmitt.

Table 1

Frédéric Voné, secrétaire de l’Association des Sommeliers d’Alsace, hôtel-restaurant «La Cour d’Alsace» (Obernai)
Clotilde Deleaz, chargée des relations publiques, CIVA
Catherine Doré, assistante du président de l’UDSF, responsable concours et administration
Claude Groell, sommelier
Romain Iltis, sommelier, Hôtel-restaurant «La Verte Vallée» (Munster)

Table 2

Gilles Haeffelin, sommelier, restaurant «au bon coin» (Wintzenheim)
Bertrand Welte, sommelier, «Les écluses» (Kembs-Loechle)
Yvelise Sciard, chargée de communication, CIVA

Yvon Gautier, propriétaire, Hôtel-restaurant «La Verte Vallée» (Munster)

Table 3

Paul Brunet, FIJEV, APV
Jean-Victor Kalt, cuisinier, restaurant «Jean Victor Kalt» (Erstein)
Nicolas Senn, Maison du vin Henner, Mulhouse
Fabien Riboust, sommelier, ex-Valet de cœur, Ribeauvillé
Fabien Henriot, sommelier

Table 4

Jean-Marie Stoeckel, sommelier
Chantal Bellinger, hôtel-restaurant du Faudé
Roger Bahl, agent commercial
Hervé Fleuriel, Auberge de l’Ill, Illhausern
Pascal Gesser, sommelier, Auberge «Au bœuf rouge», Hegensheim

Table 5

Jean-Marie Dirwimmer, maître d’hôtel-sommelier, restaurant «Rendez-vous de chasse», Colmar
Serge Dubs
Massimo Cataldi, restaurateur, «Le cheval blanc», Village Neuf
Claire Beyrath, sommelière
Thierry Frietsch, œnologue, CIVA
Hervé Schmitt, sommelier au Relais de la Poste à La Wantzenau

Table 6

Maïté Hugel, «Château de l’Ile», Ostwald
Philippe Rolli, hôtel-restaurant Schloessel (Rodern)
Laurent Meistermann, ancien restaurateur
Claude Culos, sommelier
Antoine Woerle, lycée hôtelier Alexandre Dumas, Strasbourg Illkirch, meilleur jeune sommelier d’Alsace, MOF 1993, maître du service de la table