Je m'identifie

Je m'abonne

N°157

Actuellement en Kiosque !

Je m'abonne

13e Concours A.S.I. du Meilleur Sommelier d’Europe

12/13

À Paul Brunet, le premier prix Emozioni

On peut avoir 78 ans (si, si, c’est bien l’âge de Paul Brunet) et avoir les yeux brillants d’émotion au moment de recevoir un prix. Il faut dire que celui reçu par le Meilleur Sommelier de France 1964, puis 1966, est riche de sens. Pour la première fois, en effet, l’A.S.I. a décidé de mettre à l’honneur les sommeliers qui, par leurs écrits en particulier, ont valorisé leur profession.

Paul Brunet est de ceux-là, lui qui, après une longue carrière dans la restauration, a choisi de partager son savoir au sein de l’Éducation Nationale. Professeur en Alsace, il a notamment participé à la naissance du Trophée Ruinart Europe et signé aussi des livres de référence dont les jeunes sont encore de fervents lecteurs.

Le Prix Emozioni, remis par Shinya Tasaki, président de l’A.S.I., et Stanislas Rocoffort de Vinnière (Moët & Chandon), saluait donc un long parcours dont les enseignements sont restés d’actualité. «La passion, le partage et la réussite de mes élèves ont toujours constitué les objectifs de ma carrière!», soulignait le lauréat.

 Remise du Prix Emozioni

Le dernier concours de Serge Dubs

Sommelier candidat, Serge Dubs a tout gagné! Directeur du comité technique de l’Association de la Sommellerie Internationale, il a tout réussi!
Pendant trois ans, l’équipe de professionnels (ceux que l’on voyait en première ligne lors des concours, mais aussi les petites mains qui travaillaient dans l’ombre), réunie autour du Meilleur Sommelier du Monde 1989, a fait preuve de savoir-faire, de rigueur, d’originalité et surtout d’impartialité.
Le concours Europe, à Sanremo, était pourtant le dernier placé sous sa responsabilité. Pour lui succéder, Shinya Tasaki a choisi Gérard Basset. Le Franco-Britannique œuvrera à son tour pour trois ans et mettra sur pied les prochains concours continentaux: Asie-Océanie, des Amériques et européen, ainsi, bien entendu, que le Mondial 2016, en Argentine.

Remise du prix au Finlandais

La jeunesse à l’honneur

Markku Tapio Niemi, 24 ans tout juste, représentait la Finlande à Sanremo. Il était donc le plus jeune de tous les candidats et pas le moins enthousiaste à l’idée de se frotter aux meilleurs sommeliers du vieux continent.
Manquant encore d’expérience, sa volonté a cependant été récompensée par un diplôme offert par San Pellegrino – Acqua Panna.

Escale réussie à Monaco

Si aucune des épreuves ne s’est déroulée à Monaco, l’Association des Sommeliers de la Principauté était toutefois associée à l’événement. Ainsi, pendant que les dix candidats disputaient la demi-finale au casino de Sanremo, les autres, ainsi que les membres de toutes les délégations, ont rejoint le célèbre Rocher.
Au Méridien, ils ont été conviés à une dégustation des vins des Côtes de Provence avant de partager un déjeuner prolongeant leur découverte.
Visite du Palais princier et du Musée océanographique ont animé l’après-midi, avant la soirée organisée sur la terrasse puis dans les salons de l’Hôtel Hermitage.
Le dîner de gala, signé par le chef Joël Garault et sa brigade, était accompagné d’une collection de vins sud-africains issus des domaines de Klein Constantia. Hans Astrom, son directeur général, a confié à quelques-uns des Meilleurs Sommeliers du Monde présents le soin de les décrire.

Les sommeliers monégasques et les Meilleurs Sommeliers du Monde.